Affiche 2013


Pour notre 22ème édition, nos engagements sont tenus.


En effet, suite à la venue, l’an dernier, des tout jeunes pianistes du Conservatoire de NOVOSSIBIRSK, troisième Ville de Russie, découverts par Paul-Arnaud Péjouan et Jean-Hugues Allard, d’autres talents vont se révéler au public d’Angoulême.

Les directeurs artistiques ne manquent pas de perspicacité pour éveiller notre curiosité et nous faire découvrir une nouvelle génération de pianistes.
Ce nouveau festival de Piano en Valois soutenu avec enthousiasme par les Collectivités, Angoulême, GrandAngoulême, la Charente et le Poitou-Charentes, leur doit ce temps fort musical à la veille de l’évolution de notre Région vers de plus grands espaces. Ceux-ci sont occupés déjà par d’autres initiatives, et donc, ce fait innovant doit être vécu d’une manière positive parce que plus l’offre culturelle est riche, plus le public a le choix et plus il se fidélise en raison de sa proximité et de sa qualité.


Par leur présence, les partenaires sont devenus de véritables acteurs du festival Piano en Valois. Sans eux et sans les Collectivités citées plus haut, les organisateurs ne pourraient pratiquer des tarifs convenus avec la Scène Nationale d’Angoulême et avec les équipements des intercommunalités.


C’est pour ces raisons également, qu’une programmation aussi variée que riche a pu être imaginée par nos directeurs artistiques, et il faut se féliciter de cette synergie permettant de diversifier nos publics. Les noms de Wu Chun, de Vassilis Varvaresos, Judith Jauregui, André Manoukian et son quartet, Emmanuelle Swiercz, vont nous éblouir ainsi que Tigran Hamasyan qui revient en Charente pour la quatrième fois, mais cette fois-ci avec les chœurs d’Arménie sur une de ses compositions créée pour la commémoration du centenaire du génocide arménien.
On ne dira jamais assez que la fidélité du public encourage le festival Piano en Valois à poursuivre cette aventure musicale passionnante depuis sa création.

Jean Mardikian
Président